Défi minimalisme : le mobilier encombrant

By Philosophine | Ma maison écolo

Tout ce bazar autour de moi, tous ces cartons à déballer, tous ces objets qui n’ont pas trouvé leur place… Par où je commence ?! Le (premier) déménagement est enfin terminé mais il y a encore beaucoup de tri à faire. À l’heure actuelle, je vis chez ma maman en attendant de prendre mon envol d’ici deux mois si mes projets se déroulent comme prévu. Commençons ce défi par relater ce qui a été effectué au cours de ces derniers mois : le mobilier encombrant.

mobilier encombrant

More...

​Définir ce qu'est le mobilier encombrant

Au cours de ces huit dernières années, je suis passée d’une maison avec commerce à un appartement de 100m2 puis à 64 m2 sans avoir fait de tri. Nombreux étaient les meubles, entassés dans ce dernier appartement jusqu’au jour où la sensation d’étouffer fut trop forte. J’avais envie de RESPIRER. Il me prit alors l’envie de m’alléger, le plus possible, de faire circuler les énergies au maximum. Le grand tri commença :

Les meubles vétustes : beaucoup de mes meubles étaient vieux et abîmés. Provenant de dons, ils ont fait leur temps et ont subi plusieurs inondations.

Les meubles encombrants : lourds, volumineux. J’aime déplacer mes meubles au gré de mes envies. J’aime quand tout est sans cesse au mouvement. Des meubles trop lourds ou trop volumineux nécessitent des manœuvres, le risque de se blesser, parfois l’aide d’une tierce personne. Tant d’efforts inutiles. Dorénavant, je ne recherche que des meubles légers.

Les meubles « souvenirs » : ces meubles que je trimballe depuis des années, qui ont été les témoins de chacune des épreuves de ma vie, qui portent en eux la mémoire de ces souvenirs. Ces derniers ont été plus difficiles à m’en délester. Car bien que cela soit libérateur, une part de moi continuait à s’accrocher au passé.

Les meubles qui ne me plaisent plus : les goûts, les envies changent, évoluent. Désormais, je n’hésite plus à me séparer d’objets qu’ils soient encore utiles ou en parfait état. J’aime l’idée de faire « tourner les meubles », d’emprunter – sous-entendant acheter, d’occasion si possible – un meuble/objet à la source, de l’utiliser durant un laps de temps puis de le remettre – re-vendre- en circulation pour qu’il fasse le bonheur d’une autre personne. Ainsi, j’ai de moins en moins le sentiment de posséder. 

​Se délester du superflu, c’est aussi se délester de ses problèmes. Pour désencombrer sa vie, jeter agit non seulement comme une véritable thérapie, mais encore comme une philosophie et un art. Un ouvrage indispensable pour ne plus souffrir de la confusion entre avoir et être.

mobilier encombrant

​Comment se débarrasser du mobilier encombrant ?

Trouver la meilleure option pour chacun des meubles :

– vendre : j’ai mis en vente les meubles susceptibles de me rapporter de l’argent me permettant d’investir dans des meubles plus légers, plus adaptés à mon mode de vie. C’est par le biais du site leboncoin que je fais mes petits trafics.

– donner : à mon entourage, sur leboncoin, à des associations telles qu’Emmaüs. La plus proche de chez moi s’appelle « Chemin de Vie ». J’aime ce genre d’endroit où on y trouve de tout à petits prix. Je donne autant que j’achète. Je vous l’ai dit, j’aime quand ça circule !

– jeter : trop vieux, trop abîmés. Avant je donnais malgré tout à l’association Chemin de Vie croyant qu’ils avaient les moyens nécessaires pour retaper ou recycler. Récemment, j’ai appris que ce n’était pas le cas, qu’ils étaient contraints d’emmener à la déchèterie ce qui n’est pas vendable et qui de plus s’avère payant pour eux. Perte de gains et de temps pour l’association. Comme quoi parfois on croit faire une bonne action alors qu’on ne fait que compliquer les choses. Donc désormais, les vieux meubles vont directement à la déchèterie. 

​Bilan de mon mobilier

​Mon mobilier est restreint. Je n’ai plus aucun gros meubles nécessitant l’intervention de gros bras – que je n’ai pas :p – si ce n’est que ma bibliothèque qui est un peu plus difficile à déplacer de part sa hauteur mais je l’adore.

Je me suis délestée au fil des dernières années de mon lit, armoire, bureau, table, buffet de cuisine, canapé etc… j’expérimente de plus en plus un mode de vie minimaliste orienté vers le « vivre au sol ». J’aurai l’occasion de vous en reparler dans les prochains articles de ce défi.

mobilier encombrant

​Hier, est parti à la déchetterie le dernier gros meuble encombrant dont le bois était piqué et qui avait connu plusieurs inondations. J’ai profité de ce passage à la déchetterie pour observer ce qui s’y passe. Beaucoup de trafics, du monde qui vient, qui s’en va, qui revient. Des bennes qui se chargent. Des appareils électroménagers alignés les uns à cotés des autres, des écrans entassés dans les containers. Où vont ces déchets ? Comment sont-ils recyclés ? Que de consommation, que de gaspillage.

​Béa Johnson est une française installée aux Etats-Unis avec son mari Scott et leurs deux jeunes garçons. Elle s’est lancée dans une étonnante aventure : simplifier sa vie en réduisant ses déchets. Aujourd’hui, la famille Johnson n’en produit plus qu’un litre par an ! Dans ce livre, Béa nous dévoile des centaines d’astuces et de conseils pratiques pour adopter un mode de vie durable…

mobilier encombrant

​Donner plutôt que jeter

Avant ces fameuses déchèteries, il y avait les dépotoirs. J’y allais souvent avec mes parents lorsque j’étais petite, nous trouvions toujours quelque chose à ramener mais nous ne trions pas les déchets comme à l’heure actuelle.

Il y eu aussi les « monstres » ou « encombrants », cela existe encore dans certaines villes. Chacun dépose devant sa porte les meubles et objets dont il ne veut plus. J’aimais beaucoup faire le tour de la ville, le soir des « monstres » à la recherche de trésors.

Aujourd’hui dans les déchèteries nous n’avons plus le droit de récupérer ce qui semble encore utilisable ou de prendre une simple pièce. Ceci étant considéré comme un vol.

Alors avant d’emporter quoique ce soit à la déchèterie, pensez à ce qui peut-être réutilisable, ne serait-ce que pour les pièces. J’espère à l’avenir ne plus avoir besoin d’aller à la déchèterie et tendre vers le zéro déchet.

Petite mention spéciale à notre vieille zx de 23 ans qui a réalisé à elle toute seule tout ce dernier déménagement (sauf deux meubles : ma biblio et une étagère) accompagnée de ces deux propriétaires, deux nanas végétariennes à tendance crudi ! Les messieurs muscles n’ont qu’à bien se tenir

C’est sur cette petite dédicace que je vous laisse pour aujourd’hui !

About the Author

>