Le jour où j’ai réalisé que j’étais une feignasse de l’apprentissage… 😱

By Philosophine | Le défouloir

homme qui grimpe une montagne

Je suis une feignasse de l'apprentissage et il a fallu que j'atteigne les 34 ans pour le réaliser ! Tu te demandes sans doute ce que je veux dire par là... Alors je vais t'expliquer. Peut-être que tu te reconnaîtras dans mes propos ! 

L'autre jour, j'écoutais une intervention d'Isabelle Padovani dans le cadre du congrès de la Douance. Elle expliquait que lorsqu'elle s'essayait à une nouvelle activité et qu'elle n'obtenait pas de résultats satisfaisants dans l'immédiat, elle en déduisait que cette activité n'était pas faite pour elle et passait à la suivante.

En fait, elle négligeait totalement le fait qu'il faut de l'apprentissage et de l'entrainement avant de maîtriser un art ou une activité. Et que ce n'est pas parce que la première tentative s'avère être un échec qu'il faut en tirer des conclusions trop hâtives. 

Ses mots m'ont fait l'effet d'une claque car je m'y suis totalement reconnue ! 

J'ai toujours rêvé d'avoir un don. Je me disais que le jour où je découvrirai mon don, je n'aurais aucun effort à faire pour le mettre en pratique. Ça viendrait tout seul. Je saurais exactement quoi faire sans jamais n'avoir rien appris et je réussirai du premier coup. 

Ah ah ah ! Que de désillusions !

En réalité, ma vision du "don" était totalement erronée car un don, ça se travaille, ça s'exploite. Et donc, ça demande aussi des efforts.

Cette fainéantise de l'apprentissage remonte à loin. Je fonctionnais déjà ainsi à l'école. Soit je comprenais du premier coup et j'avais peu d'efforts à fournir pour obtenir des notes très correctes. Soit je me heurtais à des difficultés, j'en déduisais que ce n'était pas pour moi et je me retrouvais avec des notes... pas terribles ! 

J'ai toujours négligé le côté apprentissage et entrainement... en réalité, je ne suis même pas sûre d'avoir déjà eu conscience de l'existence de ses étapes. Et pourtant, j'adore apprendre de nouvelles choses !

Mais je vois les choses ainsi : soit j'y arrive, soit je n'y arrive pas. Il n'y a pas d'entre deux.

Pour revenir à Isabelle Padovani, lorsqu'elle a pris conscience de son fonctionnement, elle s'est mise à faire des choses qu'elle n'aurait jamais cru être capable de faire (malgré ses envies), comme apprendre à conduire une moto à 50 ans passée ! 

Son témoignage m'a vraiment inspirée ! 

J'ai appris la dactylo en 15 jours

Quand j'étais petite, j'étais fascinée par la frappe au clavier de ma sœur qui écrivait de manière fluide, sans regarder les touches. J'ai eu vite fait de comprendre comment ça fonctionnait et comment positionner correctement mes doigts. 

En théorie, ce n'était pas très compliqué. 

La pratique, c'est une autre paire de manche ! C'est comme apprendre à jouer du piano, il faut assouplir ses articulations notamment celles de l'annulaire et de l'auriculaire qui sont habituellement moins sollicitées.

Et ça fait mal ! Ça pique, ça tire, ça pince... Je n'y arriverai jamais ! Telle fut ma conclusion de l'époque, négligeant les 2 étapes importantes : l'apprentissage et l'entrainement ! 

Plus de 20 années se sont écoulées avant que l'idée d'apprendre la dactylographie me traverse à nouveau l'esprit. Non pas pour taper plus vite - je tape déjà relativement vite avec 3 doigts - mais parce que je trouve que c'est beaucoup plus esthétique et professionnel. 

Alors j'ai trouvé ce petit logiciel d'entrainement à la dactylographie et j'ai commencé à suivre une leçon par jour.

Les deux ou trois premières leçons étaient faciles et m'ont donnée confiance, les suivantes se sont complexifiées et m'ont découragée... mais bien décidée à aller jusqu'au bout, je n'ai pas céder à la tentation de tout envoyer balader. 

Raideurs des doigts, courbatures, crampes dans les poignets... il parait que c'est normal au début et que ça ne va pas durer.

J'ai progressé de jour en jour.  Au bout de 15 jours, ce fut acquis. Au bout d'un mois, la dactylographie est devenue une habitude. 

Finalement, ce n'était pas si compliqué ! 

À la suite de cette expérience positive, je me suis dit : "mais si j'ai été capable d'apprendre la dactylo en 15 jours, je suis capable d'apprendre tout ce qui me fait envie !" J'ai réalisé que finalement, il n'y avait pas d'autres limites que celles que je m'impose consciemment ou inconsciemment. 

Alors j'ai commencé à lister toutes les choses dont je me sentais incapable de faire jusqu'à présent et la liste est lonnnnnngue ! J'ai fait une sélection de ce que j'aimerais apprendre et réaliser cette année. Je devrais commencer par apprendre une choses à la fois mais il m'a été impossible de faire un choix... (oui, c'est dur la vie d'une Balance...) alors j'apprends plusieurs choses en même temps et je me prépare à réaliser plusieurs de mes projets/envies.

Je t'en parlerai au fur et à mesure de leur réalisation ! 

De meilleures facilités d'apprentissage qu'à 20 ans

C'est assez étrange mais j'ai l'impression d'avoir de bien meilleures facilités d'apprentissage à 34 ans qu'à 10, 15 ou 20 ans. 

À l'époque de ma scolarité, je n'avais pas la tête à l'apprentissage. Il m'était difficile de rester concentrer sur une leçon. Toujours la tête ailleurs. Rares étaient les cours qui me passionnaient. Aller à l'école était laborieux... de la maternelle (oui j'aimais déjà pas la maternelle) jusqu'à la fac. 

À la maison, ce n'était pas mieux. Vivant dans un contexte précaire, survivre physiquement et mentalement étaient les deux priorités. Je faisais ni plus ni moins ce qu'il fallait pour passer avoir des notes correctes et passer les classes supérieures. 

Je réalise qu'il est difficile d'être disponible pour quoique ce soit quand on est dans la survie. C'est ultra fatiguant et ça entrave les capacités d'apprentissage. Maintenant que ma vie est devenue plus douce, je sens nettement la différence.

Mon cerveau est enfin disponible pour apprendre et aller de l'avant. 

Alors ? Est-ce que tu t'aies retrouvé dans mes propos ? Penses-tu être une feignasse de l'apprentissage toi aussi ? Raconte-moi tout !

2021 : bilan, objectifs & liberté

By Philosophine | Journal

2021 liberté

Hey ! Cela fait des lustres que je n'ai pas publié ici ! Mon dernier article date du 18 décembre 2019... Ah oui, quand même ! Il est grand temps de remédier à cela, n'est-ce pas ? En tout cas, je suis très contente de vous retrouver. 

Cette dernière année, j'ai beaucoup travaillé sur Toutes en Formes, le blog des maigrichonnes qui veulent prendre du poids, d'où mon absence. Mon but étant d'en faire un blog professionnel. Et ça demande beaucoup de travail, d'énergie, de temps, d'apprentissage.... 

Mais aujourd'hui, je ressens l'envie et le besoin de m'exprimer de manière plus légère, personnelle et spontanée. Un peu comme je le faisais avant, ici ou sur l'Antre de la Fée. Sans chercher à faire des "vues" ou attirer de nouveaux abonnés.

Lire la suite...

Roses des sables aux deux chocolats et à l’huile de coco 🥥

By Philosophine | Recettes

​​Je me souviens des tonnes de roses des sables que préparait ma grand-mère pour sa tribu au moment des fêtes. 

Je me souviens aussi de la grosse rose des sables (une vraie cette fois, pas en chocolat !) posée sur le buffet du couloir. ​Ma grand-mère disait que c'était du pipi de chameau mélangé à du sable qui formait ces jolies fleurs. Or, ​après vérification, il semblerait ce ne soit qu'une légende qu'on raconte aux touristes... dommage car je trouvais ça amusant ! 

roses des sables

​Une chose ​dont je suis sûre, les roses des sables que je vous propose aujourd'hui ne sont pas du pipi de chameau !

Lire la suite...

Bûche de Noël chocolat & orange au vitaliseur

By Philosophine | Recettes

Impossible d'imaginer Noël sans sa célèbre bûche ! Glacée ou pâtissière, elle reste indémodable. Alors pour l'occasion, j'ai envie de te partager une délicieuse recette de bûche chocolat orange cuite au vitaliseur. 

Adoratrice de bûches, j'ai tenté par le passé de réaliser la traditionnelle bûche pâtissière... sans succès. Trop compliqué pour moi ! Alors je me suis rabattue sur les bûches de la boulangerie... jusqu'à l'année dernière où j'ai découvert cette succulente recette dont je suis méga fan !! 

bûche chocolat orange

Non seulement elle super facile à faire mais en plus elle est bien plus saine que la bûche pâtissière traditionnelle : sans gluten, sans produis laitiers et cuite à la vapeur douce ! 

Lire la suite...

Retour sur mon diagnostic du syndrome d’Asperger au CRA

By Philosophine | Aspie-land

​J’avais promis depuis bien longtemps de vous faire un retour sur le déroulement de mon diagnostic du syndrome d’Asperger qui a eu lieu cet été. Il m’en aura fallu du temps pour rédiger cet article, tant ce diagnostic a été perturbant pour moi.

diagnostic du syndrome d'asperger

​Le bilan m’ayant été restitué en novembre dernier, je vous livre aujourd’hui le déroulement de ma démarche du début à la fin, ce que j’en ai pensé et comment je l’ai vécu. Alors, Asperger ou pas ? Vous le saurez en lisant la suite !

Lire la suite...

Bain dérivatif : effets indésirables ou crise de guérison ?

By Philosophine | Beauté Santé

Je reçois régulièrement de chouettes témoignages de personnes qui pratiquent le bain dérivatif avec succès. Si vous n’avez jamais entendu parler de cette méthode ancestrale, je vous conseille de consulter mon premier article sur le sujet : L’incontournable bain dérivatif. Il est l’un des articles les plus consultés sur le blog !

effets indésirables

Je reçois aussi beaucoup de questions, notamment sur les fameux effets indésirables. « Est-ce que tel symptôme peut être considéré comme un effet indésirable ? », « Combien de temps cela va-t-il durer ? », « Dois-je arrêter le BD ? »

Avant de répondre à ces questions, j’aimerais vous partager l’incroyable expérience que j’ai vécue l’été dernier.

Lire la suite...

Donner & recevoir : l’expérience de l’aumône

By Philosophine | L'âme en éveil , Vie collective

Paulo et son traducteur Yao, voyageant à travers la Russie font une halte à Ekaterinbourg pour faire l'expérience de l'aumône :

Yao s’arrête devant une camionnette qui vend des boissons et demande deux jus d’orange. Je n’avais pas la moindre intention de boire, mais un peu de vitamine C, c’est peut-être une bonne idée, avec ce froid.

– Gardez le verre.

​Je ne comprends pas très bien, mais je garde le verre. Nous continuons à marcher dans ce qui doit être la rue principale d’Ekaterinbourg. À un certain moment, nous nous arrêtons devant un cinéma.

Lire la suite...

Vacances magiques et petit budget, est-ce possible ? 🏖

By Philosophine | Développement personnel , L'âme en éveil

Parfois, je rencontre des gens qui se privent de vacances – et quand je dis vacances je parle aussi bien d’un week-end de deux jours – parce qu’elles n’en ont pas les moyens financiers. Et parfois c’est vrai. Mais je me suis aperçue que dans la pensée de certaines personnes, vacances = destination paradisiaque, hôtel avec vue sur la mer, shopping, restaurants & compagnie. Sans ça, ce ne sont pas des vacances. Je trouve ça tellement dommage de se priver de vacances magiques à cause d'un petit budget !​

vacances magiques et petit budget

Évidemment, partir en vacances avec peu de moyens, c’est la porte ouverte aux frustrations si on reste dans une vision classique. Celle qui nous vend du rêve. Et pourtant, à partir du moment où l’on fait des choix en conscience et qu’on s’organise un minimum, je vous promets qu’on peut passer des moments magiques avec un petit budget !

Lire la suite...

Asperger ou Haut Potentiel ? Comment distinguer les deux ?

By Philosophine | Aspie-land

Dans cet article, nous allons aborder une question qui revient régulièrement dans les commentaires de mes articles ou sur les réseaux sociaux : Asperger ou haut potentiel ? Quelle est la différence ? Comment distinguer les deux ? Peut-on être les deux à la fois ? 

asperger ou haut potentiel

S'il est vrai que certaines caractéristiques peuvent être communes aux deux, nous allons voir qu'il y a également de nombreuses différences. Avant de creuser le sujet, je voudrais revenir 

Lire la suite...
1 2 3 11
>