Les vilains riches et les gentils pauvres #défides100jours

Le thème que je vous propose aujourd’hui, issu du cahier d’exercice du défi des 100 jours, a fait remonter des souvenirs peu agréables dont celui que je m’apprête à vous raconter à propos des vilains riches de mon enfance. J’ai pris conscience que ces vieux souvenirs avaient encore de l’emprise sur moi à l’heure actuelle. 

Les personnes riches de mon enfance 

Ma mère était couturière et tenait un pressing qui reflétait la précarité. Malgré la vétusté des lieux, les clients de toute sorte affluaient, attirés par les petits tarifs et le travail bien fait. Elle avait donc à sa charge, la responsabilité des vêtements que ses clients lui confiaient. 

Petite, je passais beaucoup de temps au magasin et les clients tenaient une grande place dans ma vie. Les plus généreux d’entre-eux m’offraient des bonbons, des souvenirs ramenés à chacun de leur voyage, les vêtements de leur enfant qui avait grandi, des jouets et même de l’argent. C’était d’ailleurs ma seule source d’argent de poche. D’autres avaient toujours quelques mots gentils pour moi. Les clients m’ont apporté beaucoup d’attention d’une manière ou d’une autre. J’ai croisé toutes sortes d’individus, de milieux sociaux différents, ce qui m’a aidé à construire ma propre vision de l’espèce humaine.

Parmi la clientèle, j’ai le souvenir de quelques personnes financièrement très à l’aise et emmerdeurs ou plutôt emmerdeuses de première classe. Des personnes froides, hautaines, qui déballaient leurs richesses extérieures, se donnant un sentiment de supériorité face à la petite couturière de quartier. 

Ma mère redoutait leur venue, sachant qu’elle allait avoir une fois de plus entre ses mains des vêtements hors de prix et délicats à réparer ou à nettoyer. Des vêtements qui demandaient un traitement particulier, des tissus extrêmement fragiles, difficiles à travailler… Ce n’était pas tant le vêtement en lui-même le problème mais la manière dont les choses lui étaient présentées. Ces personnes n’oubliaient jamais de mentionner, d’un air condescendant, le prix de leur bien précieux et exigeait une grande attention. Ce qui faisait encore plus monter le pression et baisser sa confiance en elle.

De ces quelques personnes, je n’ai jamais reçu ni pièce, ni mot gentil, ni sourire, ni même un regard. 

Les vilains riches et les gentils pauvres…

En me remémorant le souvenir de ces personnes, ce même sentiment d’infériorité que je ressentais à l’époque, bien qu’ayant été seulement spectatrice, est remonté en moi. J’ai toujours cette petite voix qui me dit que les riches sont supérieurs, hautains, froids, superficiels, égoïstes, insensibles, superficiels, méprisants. Ils aiment qu’on les regarde, qu’on les admire, qu’on les envie. Ils sont certainement plus intelligents, plus cultivés, plus rusés, plus ambitieux…

Tandis que les pauvres sont peut-être moins intelligents, moins cultivés mais modestes, gentils, généreux. Ils ont le mérite de savoir se contenter de peu et d’ailleurs ils seraient certainement incapables de gérer une fortune s’ils en avaient une !

Alors tant qu’à choisir, je préfère faire partie de la deuxième catégorie car pour moi, les valeurs humaines priment sur l’apparence et les biens matériels. Si j’en crois mes croyances, je ne serai donc jamais riche… Peut-être même que la richesse me fait peur ! Peur de devenir une autre personne que celle que je suis ! 

Se débarrasser de ces croyances limitantes

Evidemment, je vous raconte ces souvenirs avec mes yeux de petite fille. Bien que mon regard ait changé aujourd’hui, je suis certaine qu’au fond de moi, ces croyances persistent, inconsciemment. La preuve est que je ressens toujours un petit malaise lorsque je suis en face de personnes qui ont de l’argent et je continue à me sentir inférieure. 

En travaillant avec l’EFT sur ces souvenirs et les émotions qui s’y rattachent, j’ai revu avec précision le visage de ces personnes, et d’une en particulier. Un détail m’a interpellé : cette personne ne souriait jamais. Cette personne ne reflétait pas le bonheur ni l’épanouissement. En discutant avec ma Maman de cette cliente, elle m’apprit qu’elle venait d’un contexte familial modeste qui n’avait rien à envier avant de s’être mariée à un homme issue d’une famille aisée. Cette femme ne cachait-elle pas un complexe d’infériorité en se donnant de l’importance avec des richesses extérieures ? 

Et si j’accédais soudainement à la richesse, deviendrai-je une autre personne moi aussi ? L’argent modifierait-il ma vision de la vie ? L’argent m’ôterait-il les valeurs auxquelles je tiens ? Il ne tient qu’à moi de lui laisser ou non ce pouvoir. N’oublions pas que l’argent en lui-même est neutre et n’a que le pouvoir qu’on lui donne. 

Des contre-exemples à mes croyances limitantes : 

Et si aujourd’hui, je cassais cette cloison qui sépare les vilains riches égoïstes, prétentions, sans coeur… des gentils pauvres, modestes et généreux de mon enfance en trouvant des contres-exemples à mes croyances ? 

Alors j’ai repensé à l’un de mes tontons qui, n’ayant jamais manqué d’argent de par son métier, mène une vie modeste sans se priver de quoique ce soit, et sans jamais étaler ses richesses. Tonton est toujours présent pour aider quiconque est dans le besoin et mène beaucoup d’actions en faveur des autres.

J’ai repensé à quelques connaissances qui mènent de magnifiques projets ambitieux et qui ont une vision extraordinaire de la vie. 

Et oui, les belles personnes à l’aise financièrement, ça existe ! 

Ensuite, je me suis laissée aller à une séance de visualisation, en imaginant cette fois LA personne riche idéale que j’aurai aimée rencontrer dans mon enfance, qui m’aurait donnée confiance, que j’aurai eu envie de prendre comme exemple, comme un maître. 

C’est alors que j’ai repensé à ce livre qui m’a été offert, Le Secret Ingoré un roman qui met en scène deux jeunes enfants qui rencontrent Charlie, un vieil homme d’apparence pauvre qui va leur révéler, rencontre après rencontre, des enseignements emplis de sagesse pour jouir d’une vie à l’image de leurs rêves. C’est un très chouette roman initiatique que je vous recommande. 

Voilà, c’est une personne comme Charlie que j’aurai aimé rencontrer.

Pour finir, j’ai poussé l’expérience un peu plus loin… Allez, soyons folle ! Et si le personne  riche idéale de mes rêves, c’était moi ?  😎 

Et vous, quel est votre regard sur les personnes qui ont de l’argent ?  

vilains riches

💰

Réfléchissez et devenez riche ! 

Célèbre livre de Napoléon Hill

vilains riches

💰




💰

Le secret ignoré – Catherine Kayser & Patrice Salvignol

💰

Articles sur le même thème

100 jours modifier mon rapport à l’argent ! 

Le choix des intentions 

J’aime l’argent, et vous ? 

Je me suis achetées des vêtements et ça me plait ! 

Bilan des 25 premiers jours ! 

💰

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflakeWordpress snowstorm powered by nksnow