Donner & recevoir : l’expérience de l’aumône

By Philosophine | L'âme en éveil

Paulo et son traducteur Yao, voyageant à travers la Russie font une halte à Ekaterinbourg pour faire l'expérience de l'aumône :

Yao s’arrête devant une camionnette qui vend des boissons et demande deux jus d’orange. Je n’avais pas la moindre intention de boire, mais un peu de vitamine C, c’est peut-être une bonne idée, avec ce froid.

– Gardez le verre.

​Je ne comprends pas très bien, mais je garde le verre. Nous continuons à marcher dans ce qui doit être la rue principale d’Ekaterinbourg. À un certain moment, nous nous arrêtons devant un cinéma.

More...

« Parfait. Avec le capuchon du manteau et l’écharpe, personne ne vous reconnaîtra. Nous allons faire la manche.

– Faire la manche ? Tout d’abord, depuis ma période hippie, je ne fais plus ça. En outre, ce serait une offense envers ceux qui sont vraiment dans le besoin.

– Vous êtes dans le besoin, quand nous avons visité la maison Ipatiev, il y avait des moments où vous n’étiez pas là; vous paraissiez absent, prisonnier du passé, de tout ce que vous avez obtenu et que vous essayez de conserver à tout prix. […] Si vous désirez vraiment changer un peu, demander l’aumône maintenant fera de vous une autre personne, plus innocente, plus ouverte. »  […]

Yao tend son verre et commence à réclamer de l’argent aux passants. Il me prie d’en faire autant.

« J’ai appris au Japon, avec les moines du bouddhisme zen, le Takuhatsu, la pérégrination pour mendier. En plus d’aider les monastères qui vivent de dons et le disciple à faire preuve d’humilité, cette pratique a encore un autre sens : purifier sa ville. Parce que le donateur, le mendiant et l’aumône elle-même font partie d’une importante chaîne d’équilibre.

« Celui qui mendie le fait par nécessité, mais celui qui donne agit de cette manière parce qu’il en a besoin lui aussi. L’aumône sert de lien entre deux nécessités, et l’ambiance de la ville s’améliore, puisque tout le monde a pu réaliser des actions qui devaient se produire. Dans votre pérégrination, l’heure est venue d’aider les villes que vous connaissez. »

Je suis tellement surpris que je ne réagis pas. Yao se rend compte qu’il a peut-être exagéré ; il s’apprête à remettre le verre dans sa poche.

« Non ! C’est vraiment une excellente idée ! »

Pendant les 10 minutes suivantes, nous restons là, chacun sur un trottoir, sautant d’un pied sur l’autre pour combattre le froid, nos verres tendus vers les personnes qui passent. Au début, je tiens simplement le verre devant moi, mais peu à peu, je perds mon inhibition et commence à demander de l’aide – un pauvre étranger perdu.

Réclamer ne m’a jamais causé le moindre problème. J’ai connu au long de ma vie nombre de personnes qui se soucient des autres, qui sont extrêmement généreuses à l’heure de donner et qui éprouvent un profond plaisir quand quelqu’un leur demande un conseil ou un soutien. Jusque là tout va bien – c’est formidable de pouvoir faire du bien à son prochain.

Cependant, j’en connais très peu qui sont capables de recevoir – même quand quelque chose est donné avec amour et générosité. On dirait que l’acte de recevoir les fait se sentir dans une position inférieure, comme s’il était indigne de dépendre de quelqu’un. Ils pensent : « Si on nous donne quelque chose, c’est que nous n’avons pas la compétence pour l’obtenir par nos propres efforts. » Ou encore, ce qui est pire :  « Je ne mérite pas le bien que l’on veut me faire. »

Mais ces dix minutes me rappellent ce que j’ai été, m’éduquent, me libèrent. […] J’ai revécu une expérience que je n’avais pas vécue depuis longtemps, et régénéré ainsi non seulement la ville, mais moi-même. »

Extrait d’Aleph, Paulo Coelho

​Décider. Changer. Se réinventer. Agir. Expérimenter. Réussir. Oser. Rêver. Gagner. Découvrir. Eloigner. S'engager. Penser. Croire. Grandir. Appartenir. S'éveiller. Nous avons parfois besoin de redonner un sens à notre vie, de lui rendre souffle et équilibre. Et si un livre en avait le pouvoir ?

aumône

​​Donner & recevoir, est-ce si simple ?

Avez-vous déjà fait l’expérience de l’aumône ? En tant que donneur ? Receveur ? Ou les deux ? Oh peut-être ne vous-êtes vous jamais assis par terre ​en tendant la main aux passants… mais peut-être avez-vous fait appel plus discrètement à votre famille, vos amis, vos proches lorsque vous étiez dans le besoin.

​À l'inverse, peut-être avez-vous déjà donné de l’argent à un proche, à un inconnu dans la rue, à une association humanitaire… 

Remémorez-vous une expérience d’aumône que vous avez vécue, que vous ayez été donneur ou receveur. Remémorez-vous ce qui vous a motivé à passer à l’acte, vos pensées, vos sentiments, vos émotions.

​Dans la peau d'un mendiant

​Imaginez une personne en demande d’argent. Demandez-vous qu’elles peuvent être ses motivations. Par quelles épreuves est-elle passée pour en arriver là ? Est-une nécessité ? La facilité ? Ou peut-être une simple expérience comme celle de notre ami Paulo Coelho. 

Demandez-vous si elle éprouve des difficultés à l’idée de demander de l’argent. Ressent-elle une gêne ? Pourquoi ? A-t-elle honte ? Comment se sent-elle lorsqu’elle reçoit ? Est-elle de nouveau mal à l’aise ? Se sent-elle inférieure ? Pense-t-elle qu’elle ne le mérite pas ? Renforce-t-elle l’idée qu’elle ne vaut rien ?

Éprouve-elle de la gratitude ? Ose-t-elle le montrer ? Qu’exprime son regard ? Sait-elle comment s’y prendre pour remercier ? Qu’est-ce que ce don peut changer pour elle ? Qu’est-ce que ce don peut apporter dans sa vie ? De quoi manger ? Payer ses dettes ? Se soigner ? De la chaleur humaine ? Un sentiment de compassion ? Du soutien ? La sensation d’être moins seule ?

Posez-vous toutes ces questions.

​Dans la peau du donneur

​Désormais, imaginez-vous être dans la peau du donneur. Comment se sent-il face à une personne qui demande l’aumône ? Se sent-il obligé de donner ? Par principe ? Pour se faire bien voir ? A-t-il peur de passer pour un radin s’il ne donne pas ? Pour se sentir supérieur ? Pour profiter de son pouvoir ?

Donne-t-il par égo ? Pour recevoir en retour ? Ou au contraire, donne-t-il de manière inconditionnelle ? Donne-t-il parce qu’il serait reconnaissant qu’on l’aide si un jour il se trouvait être à la place du mendiant ? Est-il pleinement heureux de donner ? De pouvoir aider quelqu’un ? Se sent-il utile ?

Sur quels critères se basent-ils pour offrir un don ? Comment reconnait-il que la personne est réellement dans le besoin ? Peut-être se moque-t-il de le savoir ? Peut-être est-ce seulement l’acte de donner qui compte pour lui ?

​Dans la peau du passant

Et enfin, mettez-vous à la place de la personne qui passe son chemin. N’est-elle pas sensible à la condition de l’autre ? Ou au contraire, trop sensible pour y faire face ? N’a-t-elle pas les moyens de donner, même un tout petit euro ou est-ce un prétexte pour ne pas donner ? A-t-elle du mal à lâcher de l’argent ?

A-t-elle peur que l’argent donné soit utilisé à mauvais escient ? Pense-t-elle qu’il existe d’autres moyens plus valorisants de s’en sortir ? Comme travailler par exemple ? Pense-t-elle que donner renforce l’assistanat ?

L’aumône est devenue tellement banale qu’elle se sent impuissante et peut-être se dit-elle qu’elle ne peut pas aider tout le monde ? Préfère-t-elle ne rien donner plutôt que donner un petite somme de peur de passer pour un radin ? Posez-vous toutes ces questions.

​Mon expérience de l'aumône 

Il m'est arrivée de faire l'expérience de l'aumône. J’étais dans une période difficile et je m’apprêtais à perdre mon outil de travail : mon ordinateur. Et je n’avais pas les moyens d’en acheter un autre. C’est en lisant Aleph et en tombant sur le passage de l’aumône écrit plus haut que j’ai décidé, sur un coup de tête, de tenter l’expérience par le biais d’une cagnotte en ligne.

Ça n’a pas été un acte facile, j’ai beaucoup cogité et culpabilisé à l’idée de demander. Je me suis parfois sentie dans une position d’infériorité d’en arriver à devoir « quémander », de ne pas réussir à m’en sortir par moi-même. J’étais très gênée pour « remercier » même si j’éprouvais énormément de gratitude. J’ai dû remballer mes peurs et mon égo pour m’ouvrir à un champs de vision plus vaste.

Au final, j’ai vécu une très belle expérience humaine mêlée de joie, d’amour, de gratitude mais aussi de colère et de tristesse. Car si de belles choses me sont arrivées, j’ai dû faire face aux jugements, aux mauvaises interprétations de mes intentions… épreuves qui m’ont fait tout autant grandir.

Mon seul regret, c’est que durant cette expérience, je m’attendais à recevoir une multitude de petites sommes, d’un 1 ou 2 euros, 5 au maximum. A côté de ça, j’ai reçu des dons généreux d’une poignée de personnes.

Le résultat final est certainement le même, me direz-vous puisque j’ai atteint mon objectif. Mais je m’attendais à une plus grande manifestation de solidarité car c’était avant tout l’acte de donner qui me touchait, bien plus que la somme. Parce que cela signifiait « j’ai entendu ton appel, j’ai entendu ta souffrance et tes besoins et je t’apporte mon aide à la hauteur de mes moyens ».

Hélas, outre les personnes qui ne souhaitent pas donner, je pense que beaucoup se sentent gênées de ne donner qu’un ou deux euros et préfèrent simplement s’abstenir. C’est bien dommage.

Cette expérience de receveuse m’a amenée à l’expérience de donneuse. Grâce à cette aventure, j’ai compris à quel point l’acte de donner pouvait être important. Important pour celui qui reçoit mais aussi pour soi-même. Alors je donne, en fonction de mes coups de cœur et de mes moyens.

Je donne parce que j’ai besoin de donner autant que j’ai besoin de recevoir. Parce que j’aime ressentir la fluidité de cette énergie dans ma vie.

Et vous, quel ​est votre rapport à l'aumône ?

Cet article vous a plus ? Peu-être aimerez-vous lire Le pouvoir divin de l'homme.

About the Author

Semeuse de graines de bien-être !

>