Bain dérivatif : effets indésirables ou crise de guérison ?

By Philosophine | Beauté Santé

Je reçois régulièrement de chouettes témoignages de personnes qui pratiquent le bain dérivatif avec succès. Si vous n’avez jamais entendu parler de cette méthode ancestrale, je vous conseille de consulter mon premier article sur le sujet : L’incontournable bain dérivatif. Il est l’un des articles les plus consultés sur le blog !

effets indésirables

Je reçois aussi beaucoup de questions, notamment sur les fameux effets indésirables. « Est-ce que tel symptôme peut être considéré comme un effet indésirable ? », « Combien de temps cela va-t-il durer ? », « Dois-je arrêter le BD ? »

Avant de répondre à ces questions, j’aimerais vous partager l’incroyable expérience que j’ai vécue l’été dernier.

More...

Des douleurs inexpliquées

​Fin avril 2018 : une petite douleur pointe le bout de son nez au niveau de ma cheville droite avant de s’en aller au bout de 4 ou 5 jours. Comme je fais régulièrement du fitness, je mets cela sur le compte d’un faux mouvement.

Quelques semaines plus tard, la douleur revient en force. Ma cheville est gonflée, je ne peux plus enfiler ma chaussure et la douleur monte jusqu’au mollet. J’arrête le sport, je me mets au repos. Mais les jours passent, et je ne sens aucune amélioration.

Avec les grosses chaleurs du mois de juin, je crains une phlébite. J’en ai pourtant pas le profil mais mon côté hypocondriaque prend le dessus. Inquiète de mon état, je finis par consulter mon médecin. Après quelques examens, rien à signaler. Plus qu’à attendre que ça passe.

Une semaine, deux semaines… au bout d’un mois seulement, la douleur et les gonflements s’en sont allés.  

Youpi ! Je suis guérie !

​Brève réjouissance… Quelques jours plus tard, c’est mon genou gauche qui prend la relève. Je me traîne à nouveau, je ne peux plus plier la jambe, monter les escaliers est un calvaire et je n’en connais pas la raison. Nous sommes alors en juillet. Les jours passent et la douleur empire.

Bon d’accord, depuis 2 ans mon genou craque très fort lorsque je m’accroupis. Ce n’est même pas un craquement, c’est carrément un bruit de « déboitement ». Ce n’est pas agréable à entendre – surtout pour les autres – mais comme jusqu’à présent je n’avais aucune douleur, je n’ai jamais pris le temps d’aller consulter.

Je soupçonne une mauvaise posture au sol que j’ai adoptée durant plusieurs années devant mon ordi. Mais cela n’explique pas cette douleur spontanée.

C‘est alors que, voulant jaugée l’intensité de ma douleur, je plie mon genou. Aïe aïe aïe… il me fait mal, très mal ! Mais… il n'y a plus de bruits de craquements ou d’os qui se déboite ! Ce détail m’interpelle.

Est-ce l’effet de l’inflammation ? Mon genou n’est pourtant pas gonflé… Mais alors que se passe-t-il ? Et si mon genou était en train de se réparer de lui-même ? Et si j’étais en train de vivre une crise de guérison ? Ça vous semble incroyable ? Lisez la suite et vous allez comprendre.

En un instant, tout s'éclaire... LE BAIN DÉRIVATIF ! ​

​On rembobine le film et on retourne en avril. 

Lorsque j’ai eu mes premières douleurs, je venais de reprendre la pratique du bain dérivatif, à raison de 15 à 20 minutes quotidiennement.​ La douleur à la cheville comme effet indésirable m’avait vaguement traversée l’esprit car je me l’étais blessée 5 ans auparavant sans l’avoir fait soigner correctement. 

La douleur et le gonflement étaient d’ailleurs similaires, exactement au même endroit. Mais étant habituée à ce que les effets indésirables ne durent pas plus de quelques jours voire une semaine ou deux, j’ai écarté cette hypothèse. Du moins, jusqu'à la suite de mes aventures... ​

Revenons en juillet et à ma douleur au genou. Lorsque j’ai compris que cela pouvait être la conséquence du bain dérivatif, j’ai augmenté les séances. Et mon hypothèse se confirma. En poursuivant le BD, la douleur diminua progressivement. Mais si j’avais le malheur de m’arrêter un ou deux jours, elle revenait.

J’ai poursuivis la pratique assidûment durant plusieurs mois… En octobre, j’ai pu reprendre le sport en douceur même s’il y avait encore des mouvements que je m’abstenais de faire car trop douloureux. ​En décembre, j’ai pu à nouveau faire tout ce que je voulais mais sans forcer car je sentais que c’était encore un peu fragile. ​​Janvier, plus rien, ni douleur, ni craquement !

Certes, en 10 ans de pratique, j’ai déjà vécu de nombreux « miracles » avec le bain dérivatif. Mais cette fois, j’avoue avoir été totalement bluffée par ce que j’ai vécu. Et s’il y a bien une chose que le BD m’a appris, c’est la persévérance. ​Même lorsque tout semble aller à l’inverse du résultat escompté.

​Une éponge toute douce 
pour un BD tout en douceur !
(​moins irritant que le gant de toilette)

effets indésirables
effets indésirables

L'ouvrage de France Guillain, à consommer sans modération ! 

Pourquoi subit-on des effets indésirables ?

Imaginez que vous vouliez entreprendre des travaux dans votre maison et réaménager ce vieux placard dans votre chambre que vous n’ouvrez jamais. Plein d’énergie et super motivé pour votre nouveau projet, vous avez hâte de vous atteler à tâche ! Alors vous ouvrez les portes et… ô misère ! Vous aviez totalement oublié qu’il était si encombré de ce bric-à-brac que vous entassez depuis des dizaines d’années !

Avant d’entamer les travaux, il va falloir vider et trier le placard Votre motivation commence un peu à retomber. Mais vous ne vous découragez pas. Vous retirez rapidement tout le contenu du placard, trop pressé de passer à la suite, et posez chaque objet dans un coin de la pièce. Sur la table, sur votre lit, au sol… Il y en a partout !

En regardant tous ces objets étalés dans votre chambre, vous vous dites qu’il y a encore plus de bazar à présent que lorsque tout était entassé derrière la porte fermée de votre placard, bien à l’abri des regards. Vous vous sentiez de plus en plus dépassé et votre motivation perd en intensité.

Mais comme vous avez encore de l’énergie, vous décidez de trier : d’un côté ce que vous voulez garder, de l’autre ce que vous comptez jeter. Mince ! Vous n’avez plus de sacs poubelle et à cette heure-ci, les magasins sont fermés ! Bon et bien, il va falloir remettre tout ça à demain et supporter ce bazar quelques heures de plus…

​À présent, remplacer votre placard par votre corps.

​Vous décidez de tester cette super méthode du bain dérivatif parce que vous avez lu que cela participait à la perte de poids, recolorait les cheveux blancs, aidait à obtenir un meilleur sommeil… peu importe la raison pour laquelle vous avez commencé, vous avez hâte d’avoir du résultat et vous commencez vos séances avec joie et entrain.

Et puis, au bout de quelques jours, vous ressentez de la fatigue, des douleurs, une envie de pleurer sans raison, un manque d’entrain… vous êtres en train de vivre les effets indésirables.

Le bain dérivatif, c’est comme le grand ménage de printemps de votre placard. Il va déloger toutes les vieilleries qui stagnent dans votre corps : les maux et maladies, les petits bobos qu’on croyait guéris mais qui ne le sont pas totalement. Tout ceci représente pour votre corps des priorités, bien avant de vous faire perdre des kilos, recolorer vos cheveux ou apporter un meilleur sommeil… Votre organisme va se débarrasser des déchets et toxines et réparer les parties de votre corps qu’ils considèrent les plus urgentes. 

Ces déchets vont donc être remis en circulation dans votre organisme et se diriger vers les organes d’élimination (vos sacs poubelles) : reins, intestins, poumons, peau et fois. Or, si ceux-ci sont défaillants, épuisés et ne font plus leur boulot correctement, ils ne vont pas pouvoir traiter cette masse de déchets que le bain dérivatif leur envoie subitement. Ces déchets vont stagner et perturber votre organisme jusqu’à ce que vos organes d’élimination puissent les éliminer. 

​Les effets émotionnels

Revenons au placard. Imaginez que durant votre rangement, vous retrouviez des objets qui provoquent en vous des émotions fortes… les photos souvenirs de vos vacances dans le Périgord, la boîte à jouets de votre enfance, le foulard de la vieille tante Berthe que vous aimiez beaucoup…

Le bain dérivatif peut lui aussi faire remonter à la surface des émotions, des souvenirs, des événements non digérés… Il n’est pas rare qu’on se sente psychologiquement secoué pendant les phases de nettoyage en profondeur, avec des symptômes de dépression : tristesse, mélancolie, dévalorisation de soi…  

​Combien de temps les effets indésirables durent-ils ?

Continuons avec l’analogie du placard :  le temps que vous allez mettre pour trier et ranger votre placard va dépendre de plusieurs facteurs : votre motivation, votre énergie, la méthode que vous avez choisie, votre capacité à gérer les imprévus…

Si vous avez beaucoup d’énergie et de motivation, vous pourrez nettoyer et trier votre placard en quelques heures. Mais si vous êtes fatigués parce que vous n’avez pas beaucoup dormi cette nuit et que la machine à café est en panne, que vous n’avez pas de sacs poubelle pour mettre vos déchets et qu’en plus de cela, vous retombez sur des souvenirs qui vous remuent les tripes… il y a de grandes chances que vous décidiez d’arrêter et de reprendre votre tri après une bonne nuit de sommeil.

Si vous décidez de vider votre placard d’un coup, comme nous l’avons fait plus haut, vous allez rapidement vous sentir submergé et découragé par le bazar que vous aurez mis dans votre chambre.

Alors que vous si vous décidez de prendre votre temps, de sortir les objets uns à uns et de les ranger directement au bon endroit (et que vous avez pris soin de prévoir des sacs poubelles pour les objets à jeter), votre tri se fera beaucoup plus vite et dans de meilleures conditions.

Avec le bain dérivatif, c’est la même chose.

​Tout dépend des conditions dans lesquelles vous démarrez le bain dérivatif : la quantité de déchets à évacuer, l’état de vos organes, votre vitalité, vos attentes, votre motivation à persévérer, la gravité du problème à résoudre…

Si vous avez beaucoup de nettoyage interne à faire et que vous démarrez le bain dérivatif à fond avec un organisme épuisé et des organes d’élimination (vos poubelles) qui fonctionnent au ralenti, vous risquez de déloger beaucoup de toxines d’un coup qui ne pourront pas être correctement éliminées.

Ces toxines vont stagner dans votre organisme et provoquer des effets indésirables aussi longtemps que votre corps ne sera pas en capacité de les éliminer totalement. Occupé à gérer ses toxines, votre corps n’aura plus suffisamment d’énergie pour réparer les parties endommagées.

​Vous comprenez maintenant pourquoi les effets indésirables peuvent varier de quelques jours à quelques semaines, voire quelques mois (comme ce fut le cas pour mon genou) selon le problème et l’état de la personne.

​Peut-on y échapper ?

Il est rare d'y échapper totalement, car cela fait partie du processus de détoxification, tout comme lorsqu’on jeûne. Certains appellent ce processus, des crises de guérison.

Néanmoins, on peut réduire les effets indésirables de plusieurs manières :

✅ Adapter le temps de BD à ses besoins :​ France Guillain recommandait 10 à 15 minutes par jour dans ses premiers ouvrages. À présent, elle préconise 30 minutes par jour au minimum. Moi j’ai envie de vous dire d’y aller à votre rythme, en suivant votre ressenti.

Retenez bien qu’en augmentant le bain dérivatif, c’est comme si vous appuyez sur la pédale d’accélérateur de votre nettoyage. Et en diminuant le bain dérivatif, vous actionnez la pédale de frein. À vous de jouer avec ces deux pédales en fonction de vo​s besoins.

Par exemple, si les effets indésirables sont modérés et que vous sentez que vous avez la capacité à les surmonter, augmentez la durée des BD. Si à l’inverse, vous êtes épuisé et déprimé à la suite de vos séances de BD, et que les effets indésirables vous semblent trop difficiles à surmonter, freinez la détox et diminuez le temps de BD durant quelques jours.

En revanche, pour une douleur aiguë, de type articulaire comme j’ai eue, ​augmentez le temps de BD jusqu’à ce que celle-ci disparaisse totalement.

(Attention : toute douleur inconnue et persistante doit faire l’objet d’une consultation.) 

✅ Adopter une alimentation et une hygiène de vie saine : plus vous aurez une alimentation physiologique et un mode de vie équilibré, plus vous aurez la capacité à éliminer les toxines de votre corps. Opter pour une alimentation saine diminuera les effets indésirables et augmentera les bienfaits du bain dérivatif.

✅ Soutenir les organes d’élimination : les plantes sont un excellent soutien pour les organes. Vous pouvez les prendre sous forme de ​poudres ou de tisanes.

​Quelques plantes essentielles...

​Liste non exhaustive des effets indésirables les plus communs

- Fatigue : votre corps mobilise toutes ses ressources pour se nettoyer et se réparer alors reposez-vous.

– Douleurs diverses : d’anciennes douleurs peuvent réapparaitre de manière intense durant quelques jours. Selon le type de douleurs et votre tolérance, augmentez ou diminuez le temps de BD.

– Boutons ou autres affections de la peau : tout ce qui sort par la peau est un signe que les autres organes d’éliminations saturent et n’arrivent plus à éliminer tous les déchets. Soutenez vos organes d’élimination avec des plantes.

– Transit perturbé (constipation ou diahrée), ventre gonflé : l’intestin étant un organe d’élimination, il peut être encombré par toutes ces toxines à évacuer. Les lavements aideront à éliminer l’excès de matière.

– Tristesse, moral dans les chaussette, dévalorisation de soi : conséquence des toxines qui stagnent dans l’intestin. Dans ce cas, je préconise également une série de lavements.

– Cycle menstruel perturbé : les règles c’est autre manière de détoxiner chez la femme, le BD peut perturber le cycle qui se régularisera de lui-même même chez la femme dont le cycle est irrégulier.

​Les lavements peuvent être d'un grand secours en cas d'intestins surchargés. Ils peuvent se ​pratiquer tranquillement chez soi à l'aide d'un bock à lavement

Plus plus d'informations, consultez mon article : un détraqueur dans mon ventre, le nettoyage des intestins grâce aux lavements.

lavements

Nous voici arrivé au terme de cet article. J’espère à présent que la peur des effets indésirables ne sera plus un obstacle pour commencer la pratique du bain dérivatif. Ils font partie du processus, voyez-les comme des crises de guérison !

N’hésitez pas à communiquer vos expériences et témoignages en commentaires. Ils sont une source précieuse d’informations pour mes lecteurs !

About the Author

Semeuse de graines de bien-être !

  • Cécile dit :

    Bonjour philosophine.
    Je pratique le BD depuis 4 mois.Étant ménopausée depuis plus d’un an et demi ,je cherchais une solution pour venir à bout de mes bouffées de chaleurs qui m’enquiquinaient mon quotidien(tous les quarts d’heure à ventiler, jours et nuits)sans parler de tous les autres effets indésirables. J’ai tout essayé; plantes , huiles essentielles, fleurs de Bach, revisiter mon alimentation chez un nutritionniste, je me suis remise au sport(peux plus m’en passer) bref je désespérais de ne pas trouver de solution pour soulager mes maux et de retrouver surtout le sommeil, jusqu’au jour où ma kinesiotherapeute me conseilla les BD. J’en avais vaguement entendu parler.Il était hors de questions d’absorber des hormones chimiques que me conseillait mon toubib.(en dernier recours)Alors j’ai commandé les poches en gels(36,6°)et les applique 3 fois par jours,matin,midi et soir, environ une petite heure à chaque fois et parfois la nuit(très rarement) et la ….. ça été magique, mes bouffées de chaleurs ont diminuées et beaucoup moins intenses, mes nuits ont été réparatrices. Et en plus de ça, ma peau est devenue très douce, et ma silhouette s’est affinée,(le sport aidant aussi, non?)j’ai déjà perdu 2 petits kg, super, mais pour moi la réelle satisfaction s’est d’avoir réussi à diminuer ces satanés effets indésirables de la ménopause en douceur ! Mais…car il y a un mais…. depuis quelques semaines, je souffre d’un pied,une poussée d’hallux valgus.j’ai la sensation que mon talon est anesthésié, et une sensation de brûlure! Est-ce le fascia qui me joue des tours? Dois-je arrêter la pratique des BD et replonger dans mes bouffées de chaleurs ? Ou réduire ?
    Merci pour votre article.Merci pour vos conseils et votre aide.
    Cécile

    • Philosophine dit :

      Bonsoir Cécile,

      Merci pour votre témoignage sur les effets des BD sur la ménopause ! C’est super !

      Pour la poussée d’hallux valgus, il est fort possible que ce soit le bain dérivatif qui fait ressortir le problème et c’est une bonne chose, cela veut dire que ça agit et je vous encourage fortement à continuer le BD. Par contre, si les effets sont trop désagréables, vous pouvez diminuer quelques temps le BD et voir ce que ça donne ou au contraire, augmenter et voir là aussi les effets. C’est à vous de jouer avec la pédale d’accélérateur ou la pédale de frein selon votre ressenti.

      C’est marrant car j’ai moi aussi eu des effets sur mon hallux valgus une année où j’étais partie habiter quelques mois dans une région chaude et où le BD agissait plus efficacement sur moi. Je sentais mes doigts de pieds vibrer, comme s’ils essayaient subtilement de se remettre en place. C’était impressionnant ! Hélas, une fois retournée dans ma région du nord-est où j’ai souvent froid, je n’ai jamais plus ressenti cette sensation !

      Néanmoins, je pense qu’il faudrait des années de pratique pour voir un résultat concret sur un hallux valgus, car c’est un problème profondément ancré, avec généralement une grande part d’hérédité.

      En tout cas, je vous encourage fortement à persévérer !

  • Julie dit :

    Bonjour 🙂
    J’ai commencé les bains dérivatifs il y a 3 mois environ (poches) en y allant tout doucement car je me sais très sujette aux crises de guérison un peu fortes…
    Au début plein d’effets positifs : énergie, bonne mine, moral au top et surtout excellent sommeil.
    J’ai passé une première crise de guérison de 4-5 jours au bout de 15 jours et j’ai depuis continué à augmenter crescendo.

    Cela fait par contre une grosse dizaine de jours que je dors très très très mal avec sensation de chaleur (sorte de bouffées de chaleur-j’ai 25 ans) et ganglions un peu gonflés, grosse grosse fatigue et moral en berne. Pensez vous que cela puisse être une sorte de seconde crise de guérison ? J’ai l’impression que cela detoxifie par vagues chez moi…
    Qu’en pensez vous ?

    Mercii beaucoup pour votre site et toutes vos explications ! Cela rassure beaucoup !

    • Philosophine dit :

      Bonjour Julie,

      Oui c’est tout à fait possible que cela vienne du bain dérivatif, la détox se fait effectivement par vagues

      • Julie dit :

        Les insomnies font donc partie des effets secondaires possibles ? J’avais cru lire que les bains dérivatifs améliorant considérablement le sommeil..

        • Philosophine dit :

          Oui, les bains dérivatifs peuvent améliorer le sommeil sauf pendant les crises de détox où cela peut produire l’effet inverse !

          • Julie dit :

            Merci Philosophine 🙂
            Ton message me rassure un peu
            Je continue donc en croisant les doigts car je me sens très très angoissée à cause de ça en ce moment :/
            Merci encore

          • Philosophine dit :

            Il est possible que cela vienne de la détox qui est trop rapide et de tes organes d’élimination qui ont du mal à suivre. Si c’est trop pénible, tu peux tenter de diminuer provisoirement le temps de BD, voire arrêter pendant quelques temps et voir si tes symptômes persistent…

          • Julie dit :

            Je vais réduire un petit peu en effet mais j’ai peur que les effets bénéfiques sur le transit par exemple s’estompent

  • Karine dit :

    Je suis en plein doute. J’ai commencé les BD il y a un peu plus un mois et demi. J’ai eu des effets positifs en premier malgré des migraines : amélioration de la circulation avec disparition d’un œdème aux membres inférieurs et surtout arrêt de mon traitement antihistaminique (incroyable). Depuis quelques semaines j’ai des effets plutôt gênants et qui m’inquiètent: des démangeaisons et douleurs (type mycoses vaginales ) qui n’en était pas une car arrêt des symptômes après 2 a 3 jours d’arrêts et la j’ai une sensation de boule dans la gorge qui est très très pénible et de plus en plus intense. Je ne sais pas si je dois arrêter pour voir si c’est lié aux BD ou plutôt augmenter la durée. J’utilise les poches une heure plus bouteilles la nuit. Merci pour votre aide

    • Philosophine dit :

      Bonjour Karine,

      Les démangeaisons (à n’importe quel endroit du corps) sont courantes lorsqu’on fait le BD, c’est le signe que les toxines sont remises en circulation et cherchent à être éliminées. Chez moi, le BD agit puissamment sur les organes génitaux, il m’arrive même parfois de perdre un peu de sang foncé, hors de mon cycle, et ce, presque à chaque fois que je reprends le BD après une longue période d’arrêt. Ce sont là encore des symptômes de nettoyage. Je vous conseillerai de poursuivre le BD, sauf si cela devient vraiment gênant, dans ce cas, faites une pause ou diminuer le temps de BD.

      Quand à la boule à la gorge, je ne saurai vous dire si c’est lié !

      • Karine dit :

        Merci beaucoup Philosophine pour la réponse. Ça me rassure pour les symptômes gynécologiques. Je vais continuer et voir si les symptômes perdurent pour les douleurs à l’estomac et la sensation de boule dans la gorge …

  • Danièle Guiot dit :

    BonjourPhilosophine J’ai commencer les BD depuis 3 jours pour des problèmes d’inflammations de la peau, donc si je vous ai bien comprise, si les inflammations augmentent dans les premiers temps c’est bon signe, je continue sans m’inquiéter….. merci de me confirmer car je suis très angoissée

    • Philosophine dit :

      Bonsoir Danièle,

      Oui, il est possible que vous ayez des effets indésirables dans les premiers temps et que vos problèmes d’inflammations augmentent. C’est le signe que les toxines sont remises en circulation dans votre corps avant d’être éliminées. Pensez à soutenir l’élimination par les reins et les intestins à l’aide de plantes par exemple. Vous pouvez aussi jouer avec le temps de BD, augmenter ou diminuer selon votre ressenti mais surtout n’abandonnez pas, les effets bénéfiques arriveront tôt ou tard !

  • VERONIQUE GAUSSIN dit :

    J’aimerais utiliser les BD et je voulais savoir si je pouvais le faire ayant un stent dans la veine cave? merci pour votre réponse

    • Philosophine dit :

      Bonjour Véronique,

      Si la pose du stens a été faite il y a plus de 6 mois, vous pouvez faire les BD sans aucun souci. Si la pose date de moins de 6 mois, France Guillain recommande alors de s’abstenir des bains dérivatifs à l’eau et de mettre les poches à partir du moment où vous êtes capable de marcher d’un bon pas. Cette dernière recommandation étant un peu vague, je conseillerai d’attendre deux ou trois mois par précaution et de commencer doucement, par exemple une heure par jour.

  • lolo dit :

    Bonjour Philosophine,
    J’ai commencé les bains dérivatifs il y a presque 3 semaines avec les poches (Yokool ou autres) à raison de 4 à 6h par jour. Mon but est d’affiner ma silhouette (je suis un peu ronde dans le bas du cours (cuisses, hanches) et de perdre un peu de poids.
    Après 3 semaines, j’ai un ventre (qui d’habitude est plutôt plat) totalement gonflé et je prends du poids. L’effet totalement inverse de ce que je souhaitais. Du coup, grosse frayeur et si je prenais encore du poids et que mon ventre reste dans cet état !!! Que dois-je faire ? Faut-il que je persévère ? Faut-il augmenter le temps des bains dérivatifs (plus de 6h ça devient un peu compliqué quand même) ? Est-ce que je peux croire à l’effet positif escompté ? Je suis un peu désespérée…
    D’avance merci pour ta réponse et tes conseils, j’en ai grand besoin.

    • Philosophine dit :

      Bonjour Lolo,

      Il est tout à fait normal de voir des effets inverses se produire au début avec le bain dérivatif, surtout en ce qui concerne la perte de poids. Le ventre qui gonfle, c’est signe que ça bouge et que tu détoxines. Le bain dérivatif va entrainer toutes les toxines de ton corps vers la sortie, donc en partie vers le ventre (intestins). Selon la charge de toxines et la capacité de ton corps a les éliminer, ça peut prendre du temps, quelques jours comme quelques semaines. Donc oui, je t’encourage sans aucun doute à poursuivre ! 4h à 6h, c’est déjà beaucoup donc pas la peine d’augmenter Enfin, dernier petit conseil… ne te fie pas trop au poids sur la balance mais regarde plutôt comment ta silhouette évolue au fil des semaines, car le bain dérivatif a tendance à diminuer la masse graisseuse et augmenter la masse musculaire ainsi que la densité des os. Et comme le muscle est plus lourd que la graisse, le poids peut stagner (voir augmenter au début) alors même que la silhouette s’affine Bonne continuation à toi et n’hésite pas à revenir témoigner dans quelques semaines

      • lolo dit :

        Merci infiniment pour ta réponse rapide, j’en avais grand besoin. Je vais m’accrocher et je ne manquerai pas de venir te dire comment évolue cette nouvelle « grossesse » (lol). J’espère que ça ne durera pas trop longtemps parce que, bien que non douloureux, c’est assez désagréable de se sentir ainsi gonflée et lourde du ventre.
        Petite question complémentaire : est-ce qu’une pause de 2-3 jours permet d’éliminer un peu ces toxines qui s’accumulent vers les intestins (en vue de dégonfler un peu) avant que d’autres viennent s’y ajouter en cas de poursuite (sans pause) du BD ? Est-ce qu’une pause peut être bénéfique pour laisser au corps le temps d’éliminer ?
        Merci en tout cas pour ton retour si rapide, ça aide beaucoup !

  • Carine dit :

    Bonjour Philosophine,
    Merci pour cet article.
    Je recherchais les effets indésirables car à chaque fois que j’essaie les BD, je suis couchée avec grosses fatigues, douleurs dans tout le corps, migraine, diarrhée, moral hs….
    Et pourtant depuis 1 an je mange le plus cru possible, sinon cuisson vapeur douce, plus de gluten, plus de produits laitiers. Je me suis remise au sport depuis quelques semaines.
    Je suis fibromyalgique.
    Depuis plusieurs mois j’avais arrêté les BD à cause des effets (j’ai 3 enfants et j’étais incapable de rien pendant plusieurs jours).
    Bref j’ai voulu réessayé ces derniers jours. J’ai dû faire 3 jours non consécutifs de 30 mn.
    Et depuis 6 jours maux de têtes, mauvais goût dans la bouche, intestins à l’envers… et depuis hier je suis couchée (plus de force, douleurs dans tout le corps, nausées, déprime).
    Mon témoignage n’est pas folichon mais J’espère toujours. Vu le peu de résistance que j’ai, ça me fait peur sur la durée. Le tunnel est long et maintenant je rêve d’un mieux être.
    En tout cas merci pour la qualité de ton partage.

    • Philosophine dit :

      Bonjour Carine,

      Est-ce que tu fais 30 min manuellement ou avec les poches ? Car si c’est manuellement, c’est beaucoup pour commencer ! Si tu as des réactions aussi fortes, il vaut mieux commencer par 5-10 min par jour… et ne pas lâcher !

      Bonne continuation !

      • Carine dit :

        Merci de ta réponse. Non c’est avec les poches que je le fais. Je commence seulement aujourd’hui à refaire surface .
        Du coup je n’ose pas re tenter l’expérience. Et pourtant je suis convaincue mais ne connais pas suffisamment mes limites.

        • Philosophine dit :

          Et ben ! Tu es très réactive alors. Je comprends que tu hésites à t’y remettre ! Et je n’ai, hélas, pas de conseils à donner si ce n’est que recommencer quand tu te sentiras prête. En sachant néanmoins qu’à chaque fois que tu t’arrêtes et que tu reprends longtemps après, les effets indésirables sont de retours. Il vaut donc mieux être régulier dans la pratique

  • Criscado dit :

    Bonjour, merci pour vos articles que j’ai trouvés en cherchant: effets indésirables des BD.
    j’ai les poches 36°6 depuis 1mois.J’ai commencé progressivement et arrive à 3 h par jours.
    Depuis hier je ne me sens pas très bien, retour douleurs sciatiques , douleurs inflammatoires du genou, nausées. Je confirme le ventre gonflé et la fatigue.
    je vais faire aujourd’hui une pose et reprendre progressivement. Je reste convaincue du processus.Cordialement

    • Philosophine dit :

      Et ben, le grand nettoyage commence ! C’est une très bonne chose même si ce n’est pas très agréable… Vous avez raison d’écouter votre ressenti ! Bonne continuation à vous et n’hésitez pas à revenir pour témoigner !

  • Odrey dit :

    Bonjour, contente de découvrir vos messages sur le BD! Je pratique les BD bien assidûment depuis 2 mois mais la nuit seulement (la journée, je ne suis pas équipée pour…). En 2015, j’avais fait 1 essai qui m’a provoqué une migraine terrible d’une semaine!
    Je reprends pour la rétention d’eau, les jambes en poteau, et plus. J’ai déjà des bénéfices : chevelure plus dense, belle peau, plus de cellulite visible, moins de douleurs dans les jambes (plus de bas de contention! Joie bonheur!)
    Par contre, le ventre est énorme… j’attends la suite!! Question: avez vous les yokool ou les 36.6? Les quelles avez-vous ?Quelles sont leur durée de vie pour vous? Vous avez dû les changer? Et aujourd’hui où en êtes-vous? Mangez-vous aussi le MOF et le MO5? Pratiquez-vous l’application d’argile ? Merci davance Odrey

    • Philosophine dit :

      Bonsoir Odrey,

      Merci pour votre témoignage ! Vous avez dû éliminer beaucoup de toxines pour avoir eu une migraine d’une semaine ! Pour le ventre, ça passera également ! J’ai aussi le ventre qui gonfle chaque fois que je reprends le BD après une longue pause.

      Pour ma part, je pratique le BD « manuellement » avec de l’eau et une éponge à raison de 10 à 20 minutes chaque matin. Les poches, je les utilise moins souvent (surtout l’été pour me rafraichir dans la journée ou le soir dans mon lit). J’ai les poches Yokool depuis 2007 ou 2008 et je ne les ai jamais changées, elles sont toujours aussi fonctionnelles.

      Je n’ai jamais suivi le régime MOF et MO5, mais j’ai une alimentation qui s’en rapproche, basée principalement sur les fruits et légumes frais, cuisson vapeur, un peu de céréales et de légumineuses, très peu de produits laitiers, huile crue, etc…

      Il m’est arrivée de soigner des petits bobos avec de l’argile mais je ne l’ai très peu utilisée en cataplasme. Donc je ne pourrais pas trop vous renseigner là-dessus. Ceci dit, c’est un excellent remède, ma grand-mère s’est toujours soignée avec de l’argile.

      Bonne continuation à vous ! 😀

      • Odrey dit :

        Merci pour la réponse . J’ai aussi une alimentation basée que sur les produits bruts malgré tout je sentais des manques. Souvent il m’a été conseillé des compléments alimentaires mais c un budget que je n’ai pas (de plus étant allergique avec risque odoeme je prends plus de risque). J’ai le MOF depuis 2 mois 6j/7 et c’est impressionnant ! Comme quoi les proportions sont aussi importantes… Merci pour les poches. Je vais les mettre sur ma liste dès que je pourrai. Au plaisir de lire!! Odrey

  • peco dit :

    Bonjour Philosophine,
    J’ai découvert les BD il y a un mois pour traiter une petite névralgie pudendale. J’utilise des poches de gel environ 4 à 5 heures par jour réparties en trois moments, matin après-midi et soir. Les derniers temps, j’ai commencé à avoir les genoux douloureux. J’ai cherché sur internet s’il pouvait avoir un lien entre les BD et des douleurs au genoux. C’est là que je suis tombé sur ton article qui a répondu à mes questions. Je te remercie donc et vais poursuivre les BD.

    • Philosophine dit :

      Bonjour Peco,

      Ahhh, le BD aurait-il révélé une petite faiblesse au niveau des genoux ? Bon, espérons que cela s’arrange plus rapidement que ce le fut pour moi ! ^_^ Et sinon, qu’en est-il de ta névralgie pudendale ? As-tu vu des améliorations à la suite du BD ?
      Belle continuation !

  • nadine dit :

    bjr très intéressant votre témoignage
    philosophine,en parcourant les sites qui parlent de BD ,je ne lisai que des expériences avec des retours positifs en quelques jours.Je m’interroge car je suis en arrèt de travail pour une tendinite qui persiste
    (la première)et j’ai commencé les poches de gel un peu avant mème si ce n’était pas bien régulier par rapport à maintenant ou j’en fait le plus possible car étant en arrèt depuis 3 semaines.D’autres misères sont venues s’ajouter notamment un orteil qui a gonflé suite à un petit choc.Seulement c’est pas facile de faire la part des choses surtout quand on souffre depuis de nombreuses années de symptomes divers (maux de tète,sensibilité odeurs,douleurs diffuses ds le corps…allergies cutanées etc. Est ce la détox du au BD ou bien les effets des toxines que le corps gère au quotidien et donc saturé,lyme,la candidose suspecté et j’en passe….quand vs écrivez persévérance,donc ça me parle et m’encourage car j’avoue que ça me démoralisait un peu de voir que tant de personnes réagissaient rapidement avec pleins de bons cotés positifs et un retour de bien ètre si rapide!Et quand ds un témoignage ci dessus ,une personne parle de presque l’enfer au niveau de ses symptomes, j’ai le mème ressenti et je m’accroche chaque jour car c’est dur mais bon je fais la méthode à fond et je me dis que il n’ya pas de raison que ça ne marche pas chez moi puisque ça marche pour les autres!

    • Philosophine dit :

      Bonjour Nadine,

      Vous avez raison, il est souvent difficile de savoir si nos symptômes sont dus au nettoyage provoqué par le BD ou à autre chose. C’est pourquoi il faut toujours rester vigilant. Mais d’après mon expérience, un symptôme qui arrive brutalement et avec une forte intensité après s’être mis au BD est souvent lié à ce dernier. C’est parfois assez impressionnant !

      Chaque organisme réagit différemment. Certains ressentiront des effets positifs dès les premiers jours, tandis que d’autres, plus encombrés, plus épuisés, devront persévérer et soutenir leur organisme avec d’autres outils en parallèles (plantes, une alimentation adéquate, repos, etc…).

      Quoiqu’il en soit, le BD agit toujours positivement même si on n’en ressent pas les bienfaits dans l’immédiat et ça vaut le coup de persévérer !

      Bon courage et bonne régénération à vous !

  • Murielle dit :

    Je connais les bains dérivatifs depuis un moment et il est vrai que la vie faisant…j’avais abandonné. Des soucis de santé depuis une grippe cet hiver qui s’enchainent avec plein d’autres petites choses m’ont fait dire d’y retourner. J’ai commencé il y a à peine un mois et je dois dire que c’est pas l’enfer pour le moment mais je n’en suis pas loin. Actuellement une crise hemorroidaire comme je n’ai jamais eue (meme si j’en ai eu un peu par le passé…rien de comparable) Je m’accroche. Hors de question d’abandonner. Je fais entre 10 et 15 minutes par jour (les poches me donnent des mycoses et des irritations..chouette) Je vais essayer malgré tout de faire avec les poches en plus. Donc à voir pour la suite…mais pffff c’est dur….

    • Philosophine dit :

      Olala ! Et oui, les crises de guérison ce n’est pas marrant du tout… faut s’accrocher ! Pour les poches, est-ce que tu les protèges avec une enveloppe en coton ? C’est moins irritant et cela permet de les passer facilement à la machine 😉

      Bon courage à toi !

  • Evelyne dit :

    Bonjour, merci beaucoup pour cet article. J’ai cependant 2 questions : peut on faire le BD pendant les règles ? Il me semblait que non. Par ailleurs comment faites vous pour ne pas avoir froid aux mains au contact du gant imbibé d’eau froide ? Merci d’avance pour votre réponse.

    • Philosophine dit :

      Bonjour Evelyne,

      Pour le BD pendant les règles, c’est comme vous le sentez. Certaines femmes font le BD durant les règles pour supprimer la douleur, tandis que d’autres ne supportent pas le BD pendant les règles.

      Etant donné que je chauffe les toilettes avec un petit chauffage d’appoint, je n’ai jamais froid aux mains. Mais vous pouvez porter des gants de ménagère afin que vos mains ne soient pas en contact avec l’eau !

      Au plaisir de vous lire. Bon BD !

  • Léanne dit :

    Merci pour cet article, toujours aussi intéressant. Pour témoigner, ça fait plus d’un an que je pratique le BD à raison de 20-25 min par jour et après une grosse crise d’élimination 3 mois après (fatigue, flemme de tout, angoisse générale, colère, tristesse, douleurs utérines…), mes cycles menstruel sont passés de 21 jours à 26, et un an après à 28. Une grande victoire pour moi qui en souffrais depuis des années. J’ai remarqué aussi qu’elles étaient devenues plus continents et que je n’avais plus de douleurs aux seins avant de les avoir (le crudivorisme et les jeûnes ont aussi bien sûr participé mais c’est les bd que j’ai commencés en premier)
    En ce moment j’ai un peu relâché mais ton article m’a donné envie de m’y remettre. Bon frottage de l’aine à tous et à toutes et bonne régénération

    • Philosophine dit :

      Yes ! Super ! Merci pour ton témoignage ! Le bain dérivatif rend la période des règles vraiment plus confortable !
      Avec l’été qui arrive c’est le moment de s’y remettre, avec la chaleur les effets sont décuplés je trouve !

      Bon BD à toi aussi ! Au plaisir de te lire 🙂

  • Naj dit :

    quel fabuleux article merci beaucoup . Quelqu’un veut il relever le défi des bains dérivatifs . J’ai commencé il y a 3 jours . Merci pour ces articles sur les bains dérivatifs vraiment très très intéressant. NS

  • >